Marie-Catherine

Modèle radiocommandé d'un chalutier hauturier au 1/50ème. Les photos de la maquette et les techniques de construction. Détails sur le bruiteur diesel et le variateur de vitesse électronique.

Le navire réel et la maquette

Le navire réel

Le "Marie Catherine" est un chalutier de pêche industrielle de 54m de long pour 11m de large, son poids en charge est de 1200 tonnes. Construit aux chantiers Gdynia (Pologne) en 1973 et armé par les Pêcheries de Cornouaille, l'équipage est composé de 16 personnes et une marée dure de 12 à 20 jours. 
Ce type de navire est dit "pêche arrière" car toutes les manoeuvres du chalut se font à l'arrière du bateau. Le poisson est conservé dans une cale réfrigérée de 500m3 pouvant contenir jusqu'à 250 tonnes. Les espèces couramment exploitées sont le lieu, la lingre, le cabillaud, la dorade, le colin, etc...
Le Marie Catherine utilise deux types de chaluts, le chalut de fond classique à panneaux et le chalut pélagique, voir le schéma avec les deux types de chaluts le leur mode de pêche.
Schémas et photo extraits de la revue MRB n°222.

La maquette RC au 1/50ème

Les plans de la maquette au 1/50ème sont issus de la revue Le Modèle Réduit de Bateau n°222 (aout 1981) les photos du bateau réel en sont extraites. 
 
Le modèle radiocommandé est de construction classique, la coque est bordée sur membrures et les superstructures en contreplaqué mince.
Les membrures sont en contreplaqué okoumé de 5mm et le bordage en lattes de samba 10x3. En extérieur la coque est stratifiée à la résine polyester renforcée avec une couche de fibre de verre sur toute la surface, l'intérieur est étanché à la résine polyester sans fibre.
La rampe arrière ainsi que les parties exposées du bateau sont vieillies à la peinture, en effet un chalutier qui ne présente pas de traces d'usure cela n'existe pas.

Quelques détails de construction

L'hélice est de fabrication personnelle car il est très difficile et surtout couteux de trouver cette pièce dans le commerce. Elle est en laiton soudé à l'étain suivant une technique présentée dans la revue MRB (n°301 et 302). 
 
Le moyeu est tourné et taraudé au pas de l'axe, l'emplacement des pales est creusé d'un trait de scie incliné à l'angle correspondant au pas désiré. Les pales sont découpées dans de la tôle épaisseur 0,8 à 1mm puis cintrées et profilées à la lime (leur similitude est vérifiée en les empilant).
Quelques détails de la plage avant avec le guideau est les bloqueurs de chaîne d'ancre. Les rambardes sont en fil de laiton de 0,5 et 1mm de diamètre monté sur des chandeliers en laiton plat (1,5x0,5) percé pour le passage des filières, le tout est soudé à l'étain, la technique de soudure est expliquée sur ce site.
Les ancres sont en plomb coulé dans un moule en plâtre. La plaque modèle (à gauche) est en plasticarte collée et polie. Les deux parties du moule sont en plâtre de modelage (se trouve en grande surface de bricolage). Pour couler le moule, huiler légèrement la plaque modèle et le cadre puis verser le plâtre liquide, apès séchage démouler avec précausions et recommencer pour la deuxième partie.
La coulée du plomb doit IMPERATIVEMENT être faite dans un moule très sec, si possible le sécher dans un four (c'est l'occasion d'offrir des fleurs à votre compagne pour éviter tout conflit). Le plomb fondu sera versé dans le moule, les premières pièces sont en général mauvaises, recommencer rapidement car votre moule va chauffer et le résultat deviendra meilleur.
La partie commande s'organise autour d'une radio deux voies, une voie pour la direction pilotée par un servo classique, l'autre voie pour la propulsion électrique avec un variateur électronique de construction personnelle (MRB n°317 et 318). Un bruiteur diesel est là pour mettre un peu d'animation, le schéma est issu de la revue d'électronique Elektor n°128. Toute l'électronique est montée sur un chassis en profilé d'aluminium ce qui permet un démontage rapide pour simplifier la maintenance. L'alimentation est assuré par un accumulateur 6V 10A lui même monté sur un support aluminium pour le démontage et la recharge. Le moteur est fixé à la coque par l'intermédiaire de rondelles en caoutchouc ce qui limite le bruit, l'accouplement à l'arbre d'hélice se fait par un double cardan.
Le bruiteur est composé d'une carte générateur de son et d'un amplificateur. L'implantation des composants et le circuit imprimé sont classiques.

Ecouter le bruiteur diesel.
En voir plus
Abeille Flandre
Remorqueur de haute mer, maquette fixe au 1/150ème.
Red Atao
Langoustier au 1/15ème vieux gréement de Camaret radiocommandé, encore en cours de construction.
Revue MRB
Les revues MRB et RC Marine.
Revue Elektor
Revue d'électronique d'où est issu le bruiteur diesel.
Soudures à l'étain
La technique pour réussir les soudures à l'étain.
En voir plus
Abeille Flandre
Remorqueur de haute mer 1/150ème
Red Atao
Langoustier de Camaret 
Revues
MRB / RC Marine
Elektor
Revue d'électronique
Soudures à l'étain
Comment réussir les soudures
Site réalisé avec OpenElement
Date mise à jour  
CARNETS JL-L
Loisirs techniques
Carnets JLS
Top page